Arrière-plan

Accueil Paysan

DÉCOUVERTE DES LABELS
DANS LE TOURISME DURABLE

Pour cette deuxième partie de « Coup d’œil sur les labels », j’ai eu la chance d’avoir Pierre-Jean au téléphone. Après avoir eu plusieurs vies, il tombe amoureux d’un village, et décide de tout quitter pour s’occuper d’une ferme. Il s’investit très rapidement dans un tissu associatif valorisant les pommes (pressage mobile) puis intègre en 1990 le label Accueil Paysan. Depuis 7 ans, il travaille au sein de ce label, aujourd’hui il en est le co-président. Et c’est lui qui nous explique les atouts du label !

Aujourd’hui, la Fédération Nationale Accueil Paysan compte 900 adhérents en France et 300 adhérents dans 32 pays. Le siège de l’association est basé à Grenoble (38).

Le label œuvre depuis 30 ans pour promouvoir le travail des paysans à travers, les hébergements, les tables et produits vendus, les visites/animations et l’accueil social. Le but est de faire découvrir dans le partage et l’échange le milieu rural, les activités de la ferme, ses métiers, et ses savoir-faire. De plus, le label permet aux paysans de vivre décemment sur leurs terres et de contribuer ainsi au développement local grâce à un revenu complémentaire à leur activité principale. Pour terminer, Accueil Paysan participe à la construction d’un monde rural, écologique et durable.

La petite histoire d'Accueil Paysan​

Créée en 1987, l’association est partie d’un rassemblement d’agriculteurs. Ces derniers, travaillaient une agriculture de moyenne montagne, avec de petites fermes, et après deux, trois années de réflexion, ils ont décidé de créer l’association. Le but principal étant de soutenir leur activité grâce à un revenu supplémentaire, mais aussi de faire découvrir leurs activités. En mettant, l’humain au cœur de cette nouvelle activité, le but est d’échanger avec les touristes.

Le fonctionnement du label

Deux niveaux d’organisations se complètent dans l’organisation de l’association.

Fédération nationale. Gouverner par un conseil administration (collectif) qui va proposer le cahier de labellisation. Il est actuellement re-travailler dans le but d’être plus simple et pertinente dans les valeurs du label.

Association département et régionale. Vient ensuite le niveau de gestion plus local. Des associations départementales et régionales s’occupent de labéliser un établissement, et participent à la création d’un réseau fort. Ces entités possèdent une autonomie leur permettant d’être au plus proche des établissements labélisés, et donc de la réalité.

La charte et son référentiel qualité

Le monde rural étant malmené, la charte se devait de prendre ses fondements sur l’éthique (humain, éducation populaire). Les établissements se doivent d’être impliqué dans la vie du territoire pour le faire vivre. L’idée est de mettre l’accent sur l’utilité des agriculteurs dans la société, et de briser les stéréotypes sur cette profession.

Le cahier des charges se veut philosophique, puisque les agriculteurs veulent montrer une nouvelle idée de cultiver. Par ailleurs, celui-ci évolue régulièrement, avec la législation, et les bonnes pratiques en place.

Sa communication

C’est ici un des points fragiles de l’association car laissé sur la touche pendant une bonne période. Ayant des moyens limités (3 employés dont 1 personne à la communication), le label à un retard sur ce point. Cependant, de réels efforts sont mis en place pour arranger cela : refonte du site internet pour améliorer le parcours client, et améliorer l’outil, 1 guide papier à destination des labélisés, des présences sur des salons régionaux, Marjorelle (bio). La relation presse est présente, mais reste compliquée car les éditions préfèrent s’adresser à des plus grosses organisations, même si les choses commencent à bouger.

En termes de reconnaissances, le label possède celle des ministères, dont il souhaite profiter au niveau départemental afin d’élargir ses actions sur les territoires.

Accompagnement

Actuellement, un cahier d’auto-évaluation est en train d’être mis en place, pour rassembler (anciens et nouveaux) labélisés. A la fin, pas de note, mais le système veut permettre de rendre compte des améliorations et des évolutions possibles. La force du réseau pourrait alors intervenir à ce moment grâce aux conseils, et bonnes pratiques des autres labélisés.

Les thématiques d'Accueil Paysan

Un accueil spécifique​

Les labélisés organisent des accueils pédagogiques, des accueils sociaux et de soutiens humains (handicapés, personnes vieillissantes…) ; des accueils de construction humaine et citoyenne (jeunes en dérive, toxicomanes, détenus en réinsertion, femmes battues…), des accueils auprès des plus démunis financièrement (familles en difficultés…). Le label se veut respectueux de tous avec comme fondement l’égalité et le respect des cultures.

Une spécificité agricole​

Le label défend les valeurs de l’agriculture paysanne fondées sur une dimension sociale, une dimension économique viable et écologiquement durable.

L’agriculture paysanne apparaît alors comme un vecteur pour la construction d’un monde agricole et rural durable, incontournable pour répondre aux enjeux sociaux, écologiques et économiques de demain. 

Valorisation du territoire et des produits​

Les labélisés s’engagent dans le développement durable du territoire. C’est à dire, humainement, économiquement et culturellement. Leur but est de créer des emplois en zone rurale, en entretenant des relations d’échanges, de connaissances mutuelles et de services entre populations rurales et urbaines. Cela afin de permettre aux paysans de désintensifier et de s’inscrire dans une dynamique de respect de l’environnement.

Processus de labélisation​

Il faut que la personne se rapproche d’une structure locale ou d’adhérents dans le secteur. Une visite terrain est ensuite organisée pour s’assurer du respect du cahier des charges. Une marge de progression est possible pour laisser le temps aux agriculteurs de s’améliorer et de pouvoir entrer dans l’association. Ensuite, c’est une visite tous les 3 ans qui s’impose pour vérifier la conformité de l’établissement avec les attentes du label.

La demande

Dans le label, la clientèle se veut familiale, généralement avec des enfants, cherchant des activités de pleine nature. Et les établissements fonctionnant le mieux sont ceux proposant des activités.

Avant la Covid-19, la demande n’était pas très forte, car il était possible de partir pour moins cher à l’étranger plutôt qu’en France. Le choix des personnes se portait sur « l’exotisme » de la destination. Mais avec le confinement, une augmentation des demandes a été perçue, même s’il est encore impossible de savoir s’il y’aura un effet durable. Dans tous les cas, cela aura permis à de nombreuses familles de découvrir ce système, et revenir 😉

La vision d'Accueil Paysan

Pour Accueil Paysan un label doit permettre de regrouper des établissements autour de valeurs communes. Il doit permettre au consommateur de savoir où il va, ce qu’il va trouver en toute transparence. Le label Accueil Paysan dénonce les pratiques de certaines associations, qui n’ont pas de critères particuliers, et l’utilise juste comme un outil de vente.

Un changement de regard sur le monde rural est nécessaire afin de donner de la force à ces territoires. Ce sont des espaces vagues et imprécis dont il est nécessaire de promouvoir les atouts. Ils possèdent une attractivité à développer à travers des mouvements locaux et des actions concrètes (arrivée de la fibre), et qu’on en parle nationalement pour ne pas les oublier (service public). Le risque est la désertification de ses espaces. Le Covid-19 aura permis au moins de retourner vers des acheminements courts, et de revaloriser ses territoires ruraux

Son rayonnement​

Au niveau local, le label peut travailler avec d’autres associations pour défendre des projets spécifiques. Notamment avec des organisations sociales avec des missions comme l’accueil social (accueil judiciaire de jeune), qui est très développé notamment Bretagne et Ile et Vilaine. Mais les partenaires les plus proches restent : réseau I.N.P.A.C (confédération agricole, atelier paysan), mais aussi Peuples et Cultures, Anecdote (fournisseur électrique éthique).

Accueil Paysan essaie de faire bouger, de s’adresser aux ministères (agriculture, culture et du tourisme), de pousser des adaptations dans le but d’améliorer la qualité de leur activité. Exemple : des tables d’hôtes, qui initialement est une activité liée à des hébergements en chambre, ont réussi à obtenir de manière dérogatoire (adhérent, statut agricole) le statut sans avoir une chambre. Le label souhaite donc obtenir ce type de statut.

Son ambition​

Pour les prochaines années, Accueil Paysan a pour ambition d’être connu comme un « réseau incontournable à vocation écologique », et d’augmenter le nombre de ses adhérents.

Suite à une période difficile de « gouvernance » liée à des différence de génération (départ à la retraite = vide générationnelle), des adhérents ont donc quitté l’association. Il est donc nécessaire que le label conquière le cœur de nouveaux adhérents afin de retrouver une santé financière stable.

Un séjour authentique

De l’hôtel 4 étoiles, de la chambre d’hôte, du camping, l’offre de La Clef Verte est pour tous les goûts et les budgets !

Vous avez aimé l'article ? Partagez le autour de vous !

Ces articles peuvent vous intéresser ...

Newsletter

Pour ne manquer aucun article, et recevoir les actualités par email !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *