Ascension du volcan

Acatenango

Au Guatemala et surtout à Antigua, l’ascension du volcan Acatenango fait partie des incontournables ! C’est une excursion sur 2 jours qui vous emmène au sommet du volcan Acatenango. Vous partez avec une agence à environ 2 600 m. Vous observer le coucher de soleil depuis le campement à 3 756 m, avec en prime une vue direct sur le voclan Del Fuego et ses éruptions. Et le lendemain matin une dernière marche pour atteindre le sommet de l’Acatenango à 3 976 m pour le lever du soleil. 

J’ai effectué mon excursion sur le mercredi 01 et jeudi 02 décembre 2021 avec l’agence SOY TOUR que je recommande vivement. C’était dur, mais rien d’insurmontable en prenant son temps ! Une expérience folle qui vous promet de beaux souvenirs !

Mon avis sur l'ascension de l'Acatenango

Je suis vraiment heureuse d’avoir fait cette aventure ! La récompense était à la hauteur de l’effort ! Un spectacle incroyable et une belle première ascension ! J’ai eu de belles courbatures pendant plusieurs jours, de quoi me rappeler encore ces deux jours pleins d’émotions !

Je la recommande mille fois pour quiconque aime se dépasser un peu et souhaite vivre une belle petite aventure. Bien que le chemin soit épuisant, il n’est pas particulièrement compliqué, même si vous êtes un sportif du dimanche, c’est possible de la faire !

Jour 1 :

La préparation

Cela fait plusieurs jours que je suis excitée à l’idée de grimper le volcan Acatenango ! C’est le premier trek sur un volcan que je vais faire et je ne sais pas à quoi vraiment m’attendre, mais j’ai hâte de découvrir ça !

Au matin, je déchante un peu avec un réveil à 6h30. La motivation n’était pas au rendez-vous au réveil, mais après un café c’était re-parti ! L’agence vient nous chercher à l’hostel avec un van. Nous sommes 6 personnes entre 24 et 28 ans. On discute un peu et c’est entre excitation et petite appréhension qu’on prend la direction de l’agence pour notre départ.

Après un petit brief, l’agence nous met à disposition manteau, pantalon, bonnet, gants car le soir les températures peuvent baisser jusqu’à -15°C. On choisit nos affaires et on les essaye rapidement pour être sûr que cela nous convient. Il est possible de prendre un bâton de marche (qui est plus un bâton). On décide de tous prendre le bâton en supplément pour 5qtz (meilleur investissement de ma vie encore à ce jour). Puis les guides nous remettent notre pique-nique et on empaquète le tout dans nos sacs. Le mien doit faire aux alentours de 8kilos avec l’eau, ma caméra et les objectifs, mon trépied, mon pique-nique et les affaires chaudes pour le soir.

Après un énième brief, et un rappel sur le mal de l’altitude (à prendre au sérieux), nous partons. L’agence est à 100m du début du trek, ce qui est un point positif ! La météo est au rendez-vous, un ciel bleu et un soleil rayonnant nous promettent une belle journée.

Le trek se découpe en 3 parties : une partie dans les champs, la Rain Forest (2/3 du temps), et une partie plus en hauteur.

Le début de l'ascension

Je m’attendais à un début simple et en douceur. Eh bien, j’ai été surprise de constater que c’était tout l’inverse. On commence à monter directement sans échauffement, le soleil tape, le corps prend déjà un coup. Le chemin ne fait que monter et surtout est sableux, il faut faire attention à ses pas. Après 1 minute de marche, le bâton montre déjà son utilité. On fera de nombreuses pauses avant d’arriver au premier point de pause. Il s’agit d’un endroit où les randonneurs « tout frais » rencontrent ceux descendant de la vieille. Il y a de quoi acheter des snacks et du café. J’observe les gens qui nous entourent et je suis étonnée par l’âge. Nous étions une très forte majorité de personne entre 22 et 32 ans sur tout le chemin. Nous avons croisé des personnes plus âgées mais vraiment peu.

La Rain Forest

Après plusieurs minutes de marche, nous atteignons la Rain Forest. L’avantage est que nous sommes au frais et à l’ombre, mais on ressent l’humidité ambiante. Le chemin encore une fois n’est pas compliqué, mais ce n’est que de la monté avec un chemin assez sableux. Dans la forêt c’est assez compliqué d’apprécier le paysage avec l’effort constant et les yeux rivés sur le sol. D’autant plus que le paysage est assez redondant (des arbres, beaucoup d’arbres).

Après un bon moment de marche, vient la pause déjeuner ! J’ai tout simplement dévoré mon repas ! D’une, il était DÉLICIEUX, et deux mon corps avait besoin d’énergie. J’englouti donc mon poulet, mon riz, mes légumes, mon fruit, mon gâteau au chocolat et mon jus de pomme. Je me sens mieux malgré un début de fatigue, mais rien d’insurmontable.

Nous reprenons nos sacs et nos bâtons et continuons notre aventure. Ce dernier est d’une aide sans précédent dans cette aventure ! Il permet de se stabiliser, je vois clairement une différence avec ! Mais malgré tout, il faut donner de sa personne pour gravir ce volcan. Encore une fois nous faisons de nombreuses pauses et les guides sont attentifs à notre rythme et aux symptômes du mal d’altitude.

Dernière ligne droite !

Nous sortons petit à petit de la Rain Forest et laissons la fraicheur des arbres derrière nous pour nous confronter à la chaleur du soleil. Ce fut sûrement la partie la plus dur et chaque fois que nous retrouvions un peu d’ombre, c’était une bénédiction.

Sur la dernière partie, le paysage et la vue se découvre petit à petit. Cela rend l’expérience un peu plus sympa. Le chemin est aussi un peu moins pentu et nous traversons un versant de cendre du volcan.

Le campement

Puis à 3 756 m, c’est l’arrivée au campement est un vrai soulagement pour tout le monde. Et surtout quelle joie de découvrir la vue du campement. Vue direct sur le volcan Del Fuego. Il est encore tôt (3pm) pour observer le coucher du soleil donc on se pose autour du feu de camp que notre guide vient d’allumer.

On se pose donc avec mes compagnons d’aventure près du feu et on discute. Puis doucement, le soleil décline pour laisser des couleurs chaudes dans le ciel. C’est un merveilleux spectacle qui s’offre à nos yeux avec les nuages créant une atmosphère particulière. Puis c’est autour du volcan Del Fuego de se réveiller de temps en temps pour nous offrir des éruptions de tailles différentes.

Le coucher de soleil

Le guide nous offre la possibilité de faire l’ascension du volcan Del Fuego (pour un supplément) pour être au plus près des éruptions. J’avais eu des retours sur la difficulté du parcours avec l’épuisement de la journée. Car il faut descendre une vallée et la remontée puis faire la même chose à la nuit tombée sans avoir dîné. 90% des gens que j’ai entendu l’avoir fait, n’avait pas eu la force et l’énergie le matin pour se terminer l’ascension de l’Acatenango et assister au lever du soleil. Avec mes compagnons, nous n’avons pas la motivation et nous préférons nous préserver pour le lendemain matin !

La journée se termine doucement et par intermittence le volcan Del Fuego nous rappelle sa présence en grondant et en laissant échapper des nuages de cendre. Petit à petit, le soleil décline pour laisser place à diverses couleurs. Nous commençons à apercevoir les coulées de lave. C’est un splendide spectacle. Nous sommes comme dans un cocon niché entre deux volcans et le soleil.

C’est sûrement un des plus beaux coucher de soleil de ma vie, car il est magnifique et que je l’ai mérité !

Le dîner et les éruptions

Une fois la nuit tombée, le guide commence à cuisiner au tour du feu pour nous. Nous pouvons observer des éruptions de lave plus forte par intermittence (1 toutes les 15/30min). Nous avons les yeux rivés sur le volcan pour ne rien manquer du spectacle.

Puis vient l’heure du diner, nous avons le droit à un autre repas délicieux. Notre guide nous a préparé un repas guatémalien :  des haricots rouges, de la purée et des nouilles aux légumes. Ensuite nous avons le droit à un excellent chocolat chaud et nous goutons un alcool à base de pomme, ananas et un fruit que je n’ai pas réussi à traduire. Parfait, nous réchauffer au coin du feu car la fraicheur s’installe au fur et à mesure et nos couches de vêtements aussi. Heureusement la boisson et le feu de camp nous réchauffe.

Pour se doucher, c’est simple, il n’y a rien ! Mais honnêtement, ce n’est pas grave, un peu de déodorant et on fait abstraction pour cette aventure.
Les toilettes sont sèches et situées à une trentaine de mètres en hauteur du campement. Avec l’entrée face au volcan Del Fuego, si vous avez de la chance, vous pouvez faire votre affaire et observer une éruption du volcan (c’est très stylé). 

La soirée se poursuit au fil des discussions et des éruptions plus ou moins impressionnantes, mais toujours sympa à voir. Puis chacun prend la direction de sa tente pour se reposer quelques heures avant l’ascension finale de l’Acatenango.

Jour 2

Le réveil

J’ai assez bien dormi, mais mon matelas me faisait tomber toutes les 5 minutes. J’avais décidé de mettre le moins de couche possible pour dormir afin de laisser l’air circuler et mieux me réchauffer. Et bien autant vous dire que cela a fonctionné ! Lorsque je me suis réveillée j’avais extrêmement chaud ! Contrairement à ceux qui s’étaient emmitouflés dans des couches de vêtements et qui ont eu très froid.

A 3h40, notre guide nous réveille et on se prépare pour gravir les derniers mètres. A 4h00 le groupe est prêt et on se met en marche !

Les derniers mètres de l'Acatenango

Malgré mon excitation et ma grande motivation, le parcours est rude. La pente est raide et mon corps, épuisé de la vieille, a du mal à suivre. Je me demande comment je vais tenir les 40 minutes d’ascension. Je me concentre sur chaque pas. Puis à une énième pause, quand je demande au guide (en espagnol) combien de temps il nous reste et qu’il m’annonce 25min, j’ai qu’une envie c’est pleurer. Pourtant, j’ai un bon mental mais la fatigue et la douleur musculaire des jambes m’empêchent de voir comment je vais y arriver. Malgré tout, je ne pense qu’au prochain pas, et pas aux centaines d’autres que je dois faire, sinon je sens que je vais abandonner. Je m’accroche à mon bâton et continue l’ascension.

Puis finalement, 5min plus tard, il nous annonce que ce sont les derniers mètres ! Mon espagnol n’étant pas parfait j’avais mal compris ! Quel soulagement, et j’ai un regain d’énergie pour les derniers mètres !

 

Le sommet de l'Acatenango

Une fois au cratère, nous sommes surpris par des rafales de vent et un froid bien présent ! On compte les secondes pour sortir les doigts des gants pour prendre des photos ! Je suis assez surprise de voir que nous sommes assez nombreux, au moins une cinquantaine de personnes. En effet, je savais que plusieurs agences se partageaient les versants du volcan Acatenango pour cette excursion, mais je pensais que nous serions la moitié. Rien de grave, il y a assez de place pour que tout le monde puisse profiter du spectacle.

Nous gravissons les derniers mètres pour être sur les points culminants du cratère à 3 976 m d’altitude et observer au mieux le lever du soleil sur Del Fuego. Une fois arrivée, je m’écroule 5min, parce qu’après 2 mois à boire de la tequila sur la plage, mon corps est un peu à bout.

Le lever du soleil

Nous sommes arrivés pile avant que le soleil commence à pointer le bout de son nez. Et au fur et à mesure que les premiers rayons traversent l’horizon, nous pouvons voir la silhouette du soleil se dessiner. Même si nous n’avons d’éruption le matin, c’est un mélange de joie, de soulagement (car le plus dur est derrière nous), et de mérite. Et c’est ce mixte de sentiment qui rend aussi beau le moment.

 

Ce matin ci, le volcan n’a pas voulu nous donner d’éruption, mais peu importe la vue et les couleurs étaient superbes. Nous avons même pu voir l’ombre du volcan se dessiner sur les alentours et aller jusqu’au lac Atitlan a plusieurs kilomètres !

Retour au campement

Après avoir profité du lever de soleil, notre guide nous fait signe de retourner au campement. Nous devons y prendre le petit-déjeuner et faire nos sacs avant de reprendre la route. Une fois arrivée près du feu, un guide nous attendait avec le petit-déjeuner. Il vient de monter l’Acatenango juste pour nous apporter le petit-déjeuner. Tellement rapide que les pancakes étaient encore chauds !

Le retour à l'agence

Une fois que tout le monde est près, nous reprenons le chemin de la vieille pour retourner à l’agence et conclure notre aventure. Le retour fut d’une telle simplicité que j’en suis arrivée à me demander comment la vieille j’avais eu du mal ! La seule difficulté est que le chemin est long, surtout dans la Rain Forest.

Mais après quelques pauses, nous finissons par arriver à l’agence aux alentours de 10h. Nous y rendons le matériel emprunté et nous avons le droit à une bière fraiche pour nous récompenser de cette aventure et échanger une dernière fois avec nos compagnons de route. Bon certes, il est 10h, mais avec un réveil à 3h et cette journée, c’est presque l’apéro pour nous !

Après avoir remercié notre guide, nous reprenons le van qui nous dépose à notre hostel. L’aventure se conclu par une immense satisfaction et une grande fatigue.

Conseils pour l'ascension de l'Acatenango

Avant de partir

  • Bien choisir son agence
  • Vérifier la météo avant de booker ! Autrement vous pouvez ne pas voir le volcan, le coucher du soleil et lever du soleil

L’équipement

  • Avoir de bonnes chaussures de randonnées (oublier vos jolies baskets)
  • Avoir une tenue pour l’ascension en journée (chaleur) et une tenue pour le soir / lendemain matin (froid et vent)
  • Prendre un bon sac de randonnées
  • 3L d’eau au minimum
  • Prendre des snacks
  • Prendre le baton de randonnées (l’agence nous en a loué pour 5 quetzals)

Pendant l’ascension

  • Ecouter son corps
  • Aller à son rythme
  • Bien respirer
  • Boire beaucoup d’eau
  • Si vous vous sentez mal, le dire directement aux guides

Mon avis sur l'agence Soy Tour - Acatenango

Le choix de l’agence pour cette aventure est pour moi essentiel. Et je ne peux que recommander l’agence Soy Tour. Le guide était à l’écoute, demandait régulièrement si tout allait bien, était prêt à aider en cas de besoin. L’agence met un point d’honneur à ne faire partir que des petits groupes (maximum 10 personnes), et cela fait la différence pour se type d’excursion. La nourriture était excellente et généreuse ! Le campement était simple mais avec une vue imprenable sur le volcan. D’autant plus, que l’espace nuit était dans un abris en bois pour se protéger du vent. Le matériel de camping était en bon état et relativement confortable. Les vêtements et accessoires étaient de seconde main mais en bon état et faisaient le job. Mais surtout il étaient inclus (hors le baton) dans le prix de l’agence, car souvent vous devez rajouter un supplément. Idem, le billet d’entrée au parc et la navette aller-retour sont aussi inclus dans la réservation. Et point bonus, la bière à l’arrivée est la bienvenue et surtout que l’agence est à 100 mètres du chemin. Car au retour, cela vous évite d’attendre 30min votre bus avec 50 personnes autour de l’arrêt. 
Bref, FONCEZ !

Vous avez aimé l'article ? Partagez le autour de vous !

Leave a Reply

Your email address will not be published.